Assurance Vie Entière

« Pourquoi choisir entre Epargne et Capitaux Décès à fonds perdus ? » C’est à cette problématique que répond L’assurance Vie Entière.

En matière de prévoyance décès, les contrats classiques consistent à assurer un risque (le décès de l’assuré) de façon temporaire (maximum 65 ans), moyennant une prime, dont le montant augmente avec l’âge de l’assuré.

Ces primes sont payées à fonds perdus et deviennent très coûteuses au-delà de 50 ans, voire rédhibitoire dans certains cas.

En matière d’assurance vie, le souscripteur conserve à vie la pleine disposition de ses avoirs mais les capitaux décès versés à ses bénéficiaires n’excèderont jamais le montant capitalisé qu’il aura réussi à épargner.

Peu connue du grand public, l’assurance vie entière conjugue les atouts de l’assurance en cas de vie et en cas de décès:
– Des capitaux décès + PTIA* immédiats et viagers
– Une épargne garantie disponible en cas de vie qui capitalise sur le fond général de la compagnie d’assurance
– Des primes versées de façon unique ou périodique, s’adaptant ainsi à la capacité financière de l’épargnant
– Une option pour des capitaux décès différés (minimum 10 ans) permettant à l’assuré souffrant de problèmes de santé de souscrire à une assurance viagère sans questionnaire médical

Un autre atout : la fiscalité

En matière de fiscalité, l’assurance vie entière permet une minoration significative de l’ISF car seule la valeur de rachat du contrat au 1er Janvier est à déclarer.
Les contrats vie entière disposent par ailleurs d’avantages fiscaux spécifiques en terme de transmission de patrimoine : au moment du décès de l’assuré, l’assiette taxable est calculée uniquement sur la base de la valeur de rachat du contrat et non sur le capital décès servi aux bénéficiaires.

*PTIA : perte totale et irréversible d’autonomie

Related posts

Assurance vie – Frais de recherche des bénéficiaires non imputables sur les capitaux décès

Dans le cadre de sa mission de contrôle des pratiques commerciales, l’autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) a constaté que certains assureurs pratiquaient l’imputation des frais de recherche des bénéficiaires sur le montant du capital versé à ces derniers. Des clauses prévoyant spécifiquement cette imputation étaient, dans...

Read More

Give a Reply